• RESPECT 1
  • HUMILITE 1
  • SOLIDARITE 3
  • ABNEGATION 1
  • PLAISIR 1

L' UJS sort la tête haute

Samedi la fête était de mise au gymnase de La Faourette. Les féminines ont ouvert le bal de cette journée face à Bruguières tandis que l'équipe Élite a reçu Lyon Footzik en huitièmes de finale de la Coupe Nationale. Retour sur une journée pas comme les autres.

Les féminines accrochés par Bruguières
L'équipe féminine recevait son voisin toulousain de Bruguières au gymnase de La Faourette. Devant un public venu en nombre, les filles ont livré une belle partie et ont dominé la partie. Malheureusement, le manque de réalisme a empêché l'UJS de remporter ce choc du championnat féminin entre les deux meilleures équipes au classement. Score final 4-4 entre les deux équipes qui lutteront pour la première place jusqu'à la fin de la saison. Un beau succès pour nos filles en-tout-cas qui ont su déplacer les foules pour venir les encourager et leur offrir une belle rencontre.

image1

L'UJS tombe de haut
La rencontre se déroule devant un gymnase bondé pour l'occasion. Les supporters des rouges et noirs comptent bien faire du bruit et pousser derrière les joueurs. Malheureusement, les Lyonnais glacent d'entrée de jeu le public toulousain. Une mauvaise entame de l'UJS permet à Lyon, plus agressif de marquer 2 fois en 3 minutes. Début de match cauchemardesque pour les hommes de Jesùs Azurmendi qui décide de changer les 4 joueurs de champ après cette entame. La révolte viendra de Mika qui trouve le poteau sur une frappe détournée par le gardien. De là, l'UJS reprend la maitrise du ballon. L'équipe rentre enfin dans ce match. La rencontre prend alors un rythme effréné et les attaques vont d'un but à l'autre. Les fautes se multiplient des 1 côtés. L'UJS revient dans la rencontre à 5 minutes de la fin de la première période. Suite à une récupération cotée droit, Outman tente une frappe puissante qui surprend le portier de Footzik (1-2). Mais une minute plus tard, suite à un accrochage, l'arbitre siffle la 6e faute contre les Toulousains. Jet franc pour Lyon qui reprend le large (1-3). L'UJS est complètement passé à côté de ces 20 premières minutes, preuve en est ce raté d'Abderrahim quasi devant les buts juste avant la mi-temps.

image3Au retour des vestiaires, l'équipe est transcendée. La pression est mise sur le camp lyonnais et rapidement Orlando remet son équipe dans la partie (2-3). Les rouges et noirs sont dans un temps fort et concrétise cette domination au tableau d'affichage. Sur un corner côté gauche, Ibra est servi à l'opposé et réalise une volée hors de la surface qui vient taper le poteau, mais rentre dans les buts de l'équipe de Rafael Saadi (3-3). Ce but enflamme le public qui se met à croire en son équipe. Dans une ambiance de folie, Abderrahim se joue d'un défenseur au bord de touche et place une frappe parfaite pour battre le gardien adverse (4-3). L'UJS prend les devants pour la première fois dans cette partie. Cela ne durera que quelques secondes. Sur l'engagement, les lyonnais se jouent de la défense toulousaine et reviennent au score (4-4). Le match est disputé et les deux équipes se rendent coup pour coup offensivement. Sur un contre, Orlando décale Outman à gauche qui ajuste le gardien de Lyon (5-4). L'indiscipline aperçue en première période refait surface lorsque l'arbitre siffle une nouvelle fois la 6e faute de l'UJS. Nouveau jet franc pour lyon qui revient une nouvelle fois dans la partie sans maitriser cette deuxième période (5-5). Énième retournement de situation lorsque Outman profite d'une mésentente en touche pour récupérer le ballon et l'envoyer dans le but vide (6-5). Lyon Footzik reviendra une dernière fois au score pour arracher la prolongation. Sur l'action du but de l'égalisation une faute non sifflé sur Ibra aurait pu amener un jet franc a l'UJS mais l'arbitre n'a pas bronché.

Chaque équipe aura eu sa mi-temps et la décision devra se faire lors des prolongations.

Des prolongations et une injustice
Durant la prolongation, Lyon évolue en power play. Son gardien ne rentrera d'ailleurs quasiment plus sur le terrain laissant le poste à un joueur de champ. Durant la première période, les deux équipes peinent à se départager. L'UJS est contraint de défendre devant la déferlante des noirs et blancs qui évoluent en supériorité. Mais les Toulousains tiennent le choc. En deuxième période, les joueurs de Jésùs Azurmendi ne doivent leur salut qu'à un Olivier de gala dans les buts. À de nombreuses reprises, le portier rouge et noir sauve les siens par des enchainements de parades plus impressionnantes les unes que les autres.

Il ne pourra rien sur une « faute » d'Abderrahim sifflé par l'arbitre. Sur une balle longue, Abderrahim laisse trainer son pied et touche le gardien lyonnais dans l'élan de l'action. Les excuses quasi immédiates du joueur de l'UJS n'y feront rien, l'arbitre a sifflé et désigne le jet franc pour une 7e faute alors que son assistant ne donnait lui qu'un coup franc indirect. Une décision plus que contestable qui ne manque pas de faire bondir les supporters, furieux. Le capitaine du Footzik se charge de transformer ce jet franc (6-7). L'UJS passe en powerplay alors qu'il ne reste que quelques minutes pour revenir. Rien n'y fera, sur une perte de balle les locaux encaisseront un dernier but, anecdotique. A noter que quelques minutes auparavant, Rios avait été victime d'une faute non sifflé par les arbitres et qui aurait dû provoquer un jet franc. A la fin du match, l'espagnol montrera la trace du coup sur sa jambe, en vain.

Une défaite qui fait mal tant les circonstances de cette rencontre sont injustes et difficile à encaisser pour les joueurs et les dirigeants qui ont œuvré pour la réussite de cette après-midi de futsal. Au-delà de la défaite, c'est bien la manière dont tout cela s'est déroulé qui laisse un sentiment de tristesse.

Pour Rios, dont c'était la dernière rencontre avec l'équipe, la fin est cruelle, mais tout le club souhaite remercier ce joueur exemplaire qui a toujours tout donné pour l'équipe et qui rejoint le club de l'Alchoyano , actuellement à la lutte pour le maintien en Espagne.

logo

Toulouse // 11 Rue Paul Lambert

CONTINUEZ A NOUS SUIVRE!
Restez connectés.